Politique idées

L' Empire ottoman

L'Empire ottoman (Osmanlı İmparatorluğu en turc moderne), l'un des nombreux États fondés par les Turcs, exista entre 1299 et 1922 (soit 623 ans).

Fondé par une tribu turque oghouze en Anatolie occidentale, l'Empire ottoman s'étendait au faîte de sa puissance sur toute l'Anatolie, les Balkans, le pourtour de la Mer Noire, la Syrie, la Palestine, la Mésopotamie, la péninsule arabique et l'Afrique du Nord (exception faites du Maroc).


Les populations chrétiennes des Balkans, de l'Anatolie, de Syrie et d'Egypte fournissent à l'Empire (le plus souvent par la conscription forcée des jeunes garçons) son principal corps militaire. Mais de très nombreux chrétiens pauvres (slaves, grecs, arméniens, etc.) passent à l'islâm pour ne plus payer le haraç (impôt sur les non-musulmans) et deviennent des Turcs.


L'Empire trouve sa place dans le jeu diplomatique européen où il est un allié traditionnel de la France, dans une alliance de revers contre les Habsbourgs, dès le règne de François Ier. L'Empire décline lentement à partir du XVIIIe siècle, ne parvenant pas à suivre la croissance rapide des pays européens.

En 1830, la Grèce, soutenue par les puissances occidentales, obtient son indépendance. La France s'empare de l'Algérie. Les colons ottomans laisseront la place aux pieds noirs.

En 1915, le noyau du parti organise, sous le commandement du ministre de l'Intérieur Talaat Pacha, une politique de déportation et de massacre contre les Arméniens ottomans, politique appelée Génocide arménien faisant entre 1 000 000 et 1 500 000 morts selon la majorité des historiens, et 300 000 victimes selon l'État turc actuel, qui refuse le terme « génocide » et préfère plutôt parler de massacres (Talaat Pacha et les autres responsables ont pourtant été condamnés par la justice turque à l'époque). En fait, on considère qu'il s'agit du premier génocide du XXe siècle : les deux tiers de la population arménienne de l'Empire ottoman furent exterminés sans que les puissances occidentales n'interviennent.

En 1922, le maréchal Mustafa Kemal Atatürk abolit l'Empire ottoman et fonde en 1923 sur le territoire restant, l'Anatolie et la Thrace orientale, la Turquie moderne ou la République de Turquie, État successeur de l'Empire ottoman. En 1924, il met fin au califat, dernière trace des institutions impériales.

« Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d'un vieux sheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu'il apprend à l'école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu'à ses pensées les plus intimes. L'Islam, cette théologie absurde d'un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. » (Mustapha Kemal, dit Atatürk, fondateur de la Turquie moderne et laïc.)






06/09/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres