Politique idées

Les abus de pouvoir du roitelet Dominique Strauss-Kahn

Tel un roi, les lois et les règles ne doivent pas s'appliquent à lui.

Le Nouvel Obs avait déjà conté les aventure partouzardes au club échangiste parisien Les Chandelles de l'actuel directeur du FMI.

Le journaliste de Libération Jean Quatremer avait aussi parlé du harcèlement subi par certaines de ses collègues féminines à Bruxelles de la part du mari d'Anne Sinclair.

Tristane Banon avait témoigné chez Ardisson de sa tentative de viol un jour qu'elle était allée l'interviewer chez lui, et Ardisson de renchérir qu'il connaissait personnellement une quinzaine de filles qui avait connu la même mésaventure avec DSK, un type "obsédé par les gonzesses".

Aurelie Filippetti, porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, reconnaît ne jamais vouloir se trouver seule dans une pièce avec lui. Elle est loin d'être la seule.

L'avocat parisien Emmanuel Pierrat a avoué avoir dissuadé plusieurs femmes voulant porter plainte contre lui suite à une "drague lourde", parce que Strauss-Kahn est trop bien protégé et que l'opprobre aurait été jeté sur elles par une presse bobo parisienne de gauche aux ordres.

Quand on s'appelle Dominique Strauss-Kahn , le harcèlement sexuel et les tentatives de viol deviennent soudainement de la drague lourde.

Aujourd'hui, l'Express publie les extraits d'une lettre de Piroska Nagy avec qui Strauss-Kahn a eu une "aventure" avant de l'obliger à se recaser en Europe vite fait.

Strauss-Kahn était déjà soupçonné d'abus de pouvoir, désormais il n'y a plus aucun doute.

Affaire DSK: la lettre qui accuse

Les avocats chargés d'enquêter sur la liaison entretenue par Dominique Strauss-Kahn avec une économiste d'origine hongroise ont-ils écarté en octobre une lettre de cette dernière qui accusait le patron du FMI d'abus de pouvoir?

Pourquoi le témoignage de Piroska Nagy, avec laquelle Dominique Strauss-Kahn a eu une liaison en janvier 2008, a-t-il été en partie passé sous silence par les enquêteurs chargés de faire la lumière sur un éventuel abus de pouvoir du directeur général du Fonds monétaire international (FMI)?

Dans une lettre envoyée le 20 octobre dernier aux enquêteurs mandatés par le FMI, et dont L'Express a eu connaissance, l'économiste d'origine hongroise qui travaillait sous les ordres de DSK écrit: "M. Strauss-Kahn a abusé de sa position pour entrer en relation avec moi." Et de poursuivre : "Je n'étais pas préparée aux avances du directeur général du FMI. [...] J'avais le sentiment que j'étais perdante si j'acceptais, et perdante si je refusais."

Or cette mise en cause ne figure pas dans le rapport final des enquêteurs, d'une tout autre tonalité, publié cinq jours plus tard et sur la base duquel le conseil d'administration du FMI a blanchi DSK.

Piroska Nagy conclut sa lettre par ce jugement: "Je crains que cet homme [DSK] n'ait un problème qui, peut-être, le rend peu apte à diriger une organisation où travailleraient des femmes."

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-dsk-la-lettre-qui-accu se_741522.html

Et si malgré le profond dégoût que peut provoquer Strauss-Kahn, vous voulez rire un coup, écoutez le sketch que l'humouriste Stéphane Guillon a fait sur France Inter, l'autre matin. DSK n'a pas apprécié du tout son portrait et l'a fait savoir en direct à l'antenne.

Visite de DSK à France Inter : tous aux abris !

http://www.dailymotion.com/video/k4rqBP24r1r57iXcPY



22/02/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour