Politique idées

Les mères ki essaient de protéger leur enfant de leur abuseur

début mai 2007, la Commission interaméricaine des droits de lhomme est saisie par des mères,
qui intentent un recours international contre les tribunaux américains, elles même "condamnées par les tribunaux à des peines de prison pour leurs tentatives persistantes de protéger leurs enfants face à ces sévices ;

plusieurs dentre elles ont reçu lordre de ne plus parler de ces agressions ou de ne pas les signaler aux autorités.

Toutes ces mères se sont vu refuser le droit de communiquer avec leurs enfants pendant un certain temps, même si aucune dentre elles na jamais été convaincue de leur avoir fait de tort."

La plainte donne le détail de plusieurs causes où une preuve médicale a documenté les agressions sexuelles infligées à des enfants.

Pourtant, dans chaque cas, le père agresseur a obtenu la garde exclusive des enfants quil avait malmenés.

Les causes réunies dans ce recours ne sont que la pointe de liceberg , chaque semaine, nous sommes contactées en moyenne par trois mères protectrices qui ont perdu la garde de leurs enfants au profit de pères agresseurs. Il sagit dune crise gigantesque à léchelle des Etats-Unis.
(Irène Weiser, directrice générale de l'organisation nationale Stop Family Violence)

La parole de la mère est toujours remise en doute

Quand un père dénonce des mauvais traitements on va l'écouter, il va passer pour le père bienveillant inquiet pour ses enfants, et mettre trés vite en place des enquêtes sociales.

Quand une mère dénonce le même genre de choses on va d'abord dire qu'elle veut se venger du père, qu'elle n'accepte pas le divorce et qu'elle se sert des enfants.
Elle va être entendue plusieurs fois par la gendarmerie et au bout de quelques mois de longue procédure (ou le père continue à voir ses enfants bien sur) on va finalement déclencher une enquête sociale et écouter le témoignage des enfants en dernier.
La plupart du temps aprés avoir entendu les témoignages on dira que c'est la mère qui a monté la tête à ses gosses.

A moins d'avoir des certificats médicaux des enfants ça ne débouchera sur rien et la mère sera traitée d'affabulatrice. Et c'est par crainte de passer pour une folle et perdre la garde de ses enfants que la plupart des mères n'iront pas jusqu'au bout et abandonnerons les plaintes.
Ce qu'il faut savoir c'est que beaucoup de mauvais traitements, comme ceux psychologiques comme la violence du père face à la mère, les insultes ou physiques comme des coups sur le crâne (bleus cachés par les cheveux) ou encore le manque de soins d'hygiéne ne laissent aucunes traces visible et n'apparaitront pas sur le fameux certificat.
Seul un témoignage des enfants peut donner le doute et faire démarrer des enquêtes, mais si on accuse la mère de manipuler les enfants quand ils témoignent, on n'en sort pas.

C'est les joies du systéme médico-judiciaire français.

En France, l'inceste ne constitue pas une infraction spécifique. Le lien de famille ne constitue qu'une circonstance aggravante pour sanctionner certaines infractions sexuelles. Les règles diffèrent selon la nature de l'infraction et selon que la victime a ou non dépassé l'âge de la majorité sexuelle (fixé à 15 ans en France). À l'exception du viol commis sur un enfant de moins de 15 ans, qui est puni de 20 ans de réclusion criminelle quel qu'en soit l'auteur, les infractions sexuelles sont sanctionnées plus sévèrement lorsqu'elles sont commises par un ascendant, légitime, naturel ou adoptif, ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime . Les peines prévues varient de deux à 10 ans d'emprisonnement et de 30 000 à 150 000 euros.
De plus, les éléments qui constituent le viol ne sont pas la pénétration vaginale, anale ou buccale du corps de l'enfant mais le fait que cette pénétration soit exercée avec violence, menace, contrainte ou surprise . Si ces éléments constitutifs ne sont pas réunis, l'enfant est jugé consentant et la pénétration sexuelle ne sera qualifiée que d' atteinte sexuelle .






06/09/2007
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour