Politique idées

Ségolène Royal développe une approche pragmatique et non idéologique de l'économie qui contraste avec celle du candidat UMP

Léconomiste Thomas Piketty revient sur les déclarations des candidats en matière déconomie.


"Ségolène Royal développe une approche pragmatique et non idéologique de l'économie qui contraste avec celle du candidat UMP".

Soulignant le "discours stéréotypé" d'autres candidats sur "le thème tout va bien ailleurs, tout va mal en France ", il rappelle "les immenses atouts" du pays et rappelé que "la productivité est de 20% plus élevée en France qu'au Royaume-Uni, 25 ans après les réformes thatchériennes".

L'universitaire dénonce les "promesses délirantes" de Nicolas Sarkozy sur "une baisse de 4 points du taux des prélèvements obligatoires", rappelant que l'ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher les avaient "abaissés de 2 points en dix ans".

Si Nicolas Sarkozy est au pouvoir ,"il abaissera certains impôts", comme les droits de succession, et en "augmentera d'autres", notamment les cotisations sociales pesant sur le travail et, au total, "les prélèvements obligatoires ne seront pas abaissés, voire seront augmentés".

Thomas Piketty épingle le "gigantesque effet d'aubaine" que comporte la proposition du candidat UDF François Bayrou sur une "exonération de charges de deux emplois pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille".

L'approche de Ségolène Royal est "infiniment plus responsable", puisqu'elle ne veut pas de baisse d'impôts "tant qu'on n'aura pas atteint une meilleure maîtrise de dépenses publiques". Son approche est aussi plus transparente puisqu'elle veut s'en prendre aux "centaines de niches fiscales" qui "minent la confiance des citoyens dans les impôts".



20/04/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres